La Gabetière : votre Hôtel pour profiter du festival Jazz à Vienne

A 10 minutes du théâtre antique de Vienne, l'hôtel la Gabetière accueille artistes, musiciens, journalistes et spectateurs depuis la création du Festival Jazz à Vienne.


L'hôtel la Gabetière : votre hébergement pendant le festival Jazz à Vienne

Pour être au cœur de Jazz à Vienne tout en profitant calme d'un hôtel de charme.

Deedee Bridgewater et Nicole Marcellin

"Le livre d’or [de l'hôtel la Gabetière] regorge de remerciements émus de clients comblés par le lieu et la chaleur de l’accueil. [...] La Gabetière «n’a pas d’équivalent en termes de prestations et de rapport qualité-prix»à 25 kilomètres à la ronde. 

Logiquement, c’est là que les musiciens du festival Jazz à Vienne sont hébergés

D’ailleurs, la chanteuse Dee Dee Bridgewater serait «une amie de trente ans de Nicole Marcellin»."

Extrait du journal Libération 6 /10/ 2011

Le contenu Google Maps ne s'affiche pas en raison de vos paramètres des cookies actuels. Cliquez sur la politique d'utilisation des cookies (Fonctionnels) pour accepter la politique d'utilisation des cookies de Google Maps et visualiser le contenu. Pour plus d'informations, consultez la politique de confidentialité de Google Maps.


Le musicien de Jazz : Guy Marcellin (le père de Nicole Marcellin)

Guy Marcellin Jazz à Vienne

"[Guy Marcellin] est un musicien génial. Formé au classique sur un violon dès l’âge de 4 ans, Guy décide de mettre un vent aux cordes. S’il sait jouer d’une douzaine d’instruments, c’est au saxophone qu’il s’éclate. Premier possesseur d’un vibraphone en France, Guy a formé des générations entières de jeunes musiciens viennois dont, entre autres, le fils de Jean-Pierre Boutellier, fondateur du festival Jazz à Vienne. C’est d’ailleurs avec un de ses spectacles que Guy pose les bases du futur événement qui remplit chaque année les travées du théâtre antique. En 1971, dix ans avant la naissance du festival, l’orchestre de Guy Marcellin interprète une adaptation jazz du roman de John Steinbeck, « Des souris et des hommes », dans l’hémicycle du théâtre romain. 

Extrait du journal Lyonpeople - Juillet 2014